Grand Carcassonne, place forte de la randonnée

 Carcassonne est une étape importante du chemin de grande randonnée, le GR 78, dénommé chemin du Piémont-Pyrénéen vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Cet itinéraire relie la Méditerranée à l'Atlantique, les Alpes aux Pyrénées. Méconnu, il est considéré, à tort, comme un itinéraire secondaire à l'itinéraire d'Arles  (GR653) vers Saint-Guilhem le Désert.

A Carcassonne, plus de 500 « pèlerins » s'arrêtent, tous les ans, à Notre-Dame de l'abbaye, mais ils sont en réalité des milliers à passer ou partir de la ville aux deux monuments classés au patrimoine mondial de l'Unesco. Cette voie du GR78 possède de sacrés atouts que les randonneurs, les pèlerins ou tout simplement les amoureux de nature plébiscitent.


Partir de Carcassonne pour rallier Compostelle, c'est...

  • Choisir un sentier balisé et aménagé (GR78) jusqu’à Saint-Jean Pied de Port. Il est idéal aussi pour une itinérance équestre
  • S'offrir une voie, au milieu de paysages préservés et variés, loin de la foule des randonneurs que l'on peut trouver sur certains chemins
  • Admirer la majestueuse Cité de Carcassonne et traverser les vignobles de la Malepère
  • Déguster, lors des étapes, une gastronomie de terroir qui fait l'image du Sud-Ouest et découvrir des vins plaisir en Malepère ou à la Cité de Carcassonne.
  • Désirer se surpasser, vouloir simplement faire une belle randonnée ou accomplir un acte de foi. Les raisons ne manquent pas d’accomplir ce périple qui fait de plus en plus d’adeptes

Sur l'église de Lavalette

®tendrepiege_natacha

De Carcassonne à Mirepoix : 62,5 km de bonheur

De Carcassonne à Mirepoix, les chemins de Saint Jacques empruntent le département audois sur deux étapes avec une halte dans le village de Fanjeaux. Le chemin permet de longer le fleuve Aude et de visiter Carcassonne, sa Bastide avec ses hôtels particuliers du XVIIe et sa Cité. Des relais pèlerins (Notre Dame de l'abbaye, l'auberge de Jeunesse de la Cité entre autre) vous accueilleront avant de prendre la route vers Montréal (à 23,7km) et le massif de la Malepère.

Départ de la randonnée à la chapelle Notre Dame de la santé au début du Pont Vieux vers l'Aude. Cette petite chapelle était contiguë à l'hôpital Saint Jacques aujourd'hui disparu. Vous allez traverser des vignobles épousant des collines toute en rondeur et offrant des points de vue fabuleux sur des paysages aux airs de Toscane. Un moment de grâce et de plaisir à coup sûr.

Vous passerez par des villages typiques, comme Maquens, Villalbe jusqu'au plan d'eau de Taure au milieu d'une pinède. Ombre et odeur de résine garantis. A voir absolument, Alairac, bel exemple de village en circulade et Arzens, ancien village fortifié.

Vous apprécierez l'étape du soir à Montréal, village perché sur une colline d'où domine une magnifique collégiale du XIVe siècle.

12,9 km plus loin s'offre à votre regard le charmant village de Fanjeaux, également au sommet d'une colline, un puissant castrum de l'époque cathare. A Fanjeaux, on se met aussi dans les traces de Saint Dominique, fondateur de l'ordre des Dominicains. L'étape entre Fanjeaux et Mirepoix (25,9 km) vous offrira autant de belles surprise et une étape dans une jolie bastide ariégeoise.

Le saviez-vous ?
Carcassonne et Saint-Jacques-de-Compostelle, une histoire ancienne

Au Moyen Age, le voyage sur les Chemins de Saint-Jacques est une épopée spirituelle aussi importante que les pèlerinages qui mènent au tombeau de Saint-Pierre à Rome ou au Saint-Sépulcre à Jérusalem. L’histoire démontre que les pèlerins empruntaient un chemin qui les conduisait vers Béziers ou Narbonne et de là, à Carcassonne. Aymeri Picaud, un moine poitevin du XIIe siècle, lui-même, dans son « Guide du pèlerin » recommande à la fois le passage par Saint-Guilhem-le-Désert, mais aussi par Saint-Thibéry. Or, la première halte n’est pas dans le prolongement de l’autre. C’est l’une ou l’autre. Preuve que ce chemin des Piémonts, et Carcassonne, sont depuis toujours une voie royale vers Compostelle. Le chemin des Piémonts est double : il s’étire aux pieds des derniers contreforts des Cévennes (la montagne Noire) ; puis, à partir de Carcassonne, il plonge vers les Pyrénées dans une logique de recherche des cols de passage. Car pour aller outre-Pyrénées, il fallait franchir les cols, ici appelés « ports ». Le voyageur à la recherche d'un col peu élevé se mettait sous la protection de la Vierge et des saints. Son parcours égrenait la visite des saints comme Tibère, Modeste et Florence à Saint-Thibéry, sur les rives de l'Hérault.

En savoir +